A & E B & D C
Gmailliens
accueil
coinfections
traitements
 
vaccins
alcool & drugs
où s'adresser
 

Traitements

Les traitements de l'hépatite B

La réplication du VHB est très voisine de celle du VIH, puisqu’elle s’organise autour d’une transcriptase inverse. C’est pourquoi  des traitements similaires au traitement du VIH sont proposés.
Les traitements antiviraux…
Parmi les traitements antiviraux, le corps médical a porté beaucoup d’intérêt à la lamivudine (Zeffix®, ou Epivir®), issue des recherches contre le VIH. Après une période d’euphorie (diminution de la charge virale, quelques séroconversions observées ), on constate des échappements thérapeutiques liés aux mutations du virus, ou des effets rebonds de la charge virale après le traitement.

Aujourd’hui, l’adévofir constitue une alternative complémentaire à la lamivudine. Cette molécule est très intéressante lorsqu’elle est administrée à 10 mg. Pour l’instant, elle contrôle les VHB mutants. L’adévovir dipivoxil est disponible dans le cadre d’une ATU nominative pour les personnes en échappement thérapeutique. Une ATU de cohorte est prévue prochainement. Le distributeur français de l'adéfovir est Parexel International, tél : 0 800 023 033, Docteur Honnet. Votre médecin doit adresser sa demande à l'AFSSaPS, tél : 01 55 87 36 11, Madame Normand.
L’adéfovir peut se prendre en association avec épivir®. En effet,  comme pour le VIH, La priorité doit être accordée aux multithérapies.
Une molécule voisine de l'adéfovir, le Ténofovir, actif sur le VIH et le VHB est disponible / Suite
/

Les traitements de l'hépatite C

L' interféron a d'abord été proposé en monothérapie dans le traitement du VHC : on a observé une bonne réponse au traitement dans 20 % des cas. Ce taux très médiocre de réussite doit être apprécié au regard de plusieurs paramètres :
1. La variété des génotypes du virus prédispose ou non à une bonne réponse au traitement : les sujets porteurs d'un VHC à génotype 2 ou 3 sont ceux qui offriront la meilleure réponse.
2. La quantité de virus circulant est un paramètre important ( le seuil s'établissant aux alentours de 2 millions de copies/ml).
3) Une cirrhose préalable au traitement conduit à un pronostic plus péjoratif.

L'arrivée d'une bithérapie associant Interféron et ribavirine a modifié sensiblement l'issue des thérapies contre le VHC, puisque l'on est passé, toujours en moyenne, de 20% de bonne réponse à 40%. La ribavirine est une molécule antivirale, nucléoside synthétique de la guanosine, constituant de l'ARN, antiviral à large spectre, actif sur les virus à ARN et à ADN / Suite /

 

accueil| A & E |B & D | C | G |coinfections|traitements|vaccins|alcool & drugs|où s'adresser|mail|liens